hedge fund

 

 

 

 

Les Echos  22 avril 2014

 HF 230414 aa.jpg

 HF 230414 b1.jpg

 

 

Ce graphique montre la forte croissance des fonds gérés par les hedge funds : presque 13% de croissance annuelle moyenne entre 2010 et 2014 !

 

 

qu'est-ce qu'un fonds ?

Il y a dans le monde une masse énorme de capitaux disponibles, plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars. 

 

Cette masse est estimée à 70 000 milliards de dollars. Qui détient cet argent ? Comme on l'a vu dans le Premier Cours, ce sont des Etats, des fonds de retraites, des fonds souverains, de très riches particuliers etc...

 

Il y a en face de ces ressources des besoins immenses: les entreprises, les Etats en déficit, des créateurs d'entreprises.

 

Entre les deux il y avait pendant longtemps  deux intermédiaires possibles: les banques et les marchés.

 

Une troisième catégorie d'intermédiaires est apparu, les fonds.

 

Toute une industrie s'est développée à l'initiative des banques et surtout des banques spécialisées (banques d'affaires, banques d'investissements) pour faciliter la vie des investisseurs et les aider à placer au mieux leurs avoirs, en bourse, sur les marchés ou directement auprès des entreprises. 

 

Les fonds offrent aux investisseurs des produits de placement sur-mesure et simples à utiliser. Les plus courants: les SICAV, les Fonds spécialisés, gérés par des banques européennes. Les plus sophistiqués et les plus prestigieux ont été créés par des banques d'affaires new-yorkaises, qu'on appelle globalement Wall Street. 

 

Selon le degré de risque des placements proposés, les fonds portent des noms différents. Les hedge funds sont une catégorie parmi d'autres.

 

Le schéma ci-dessous résume cette situation:

 

 

 

HF.jpg

 

 

Ce schéma, représente l'ensemble de la finance mondiale!

 

La flèche horizontale montre le sens de l'argent, qui va de ceux qui ont des ressources à ceux qui en ont besoin. 

 

En haut figure le   circuit bancaire:       les dépôts  auprès des banques donnent les crédits 

Plus bas figure le circuit des marchés, (bourse ou marché des obligations)

Tout en bas, le     circuit des fonds       qui se superpose aux précédents

 

Les fonds captent l'argent des investisseurs auxquels ils proposent des placements à haut rendement, supérieurs à l'intérêt servi par les banques et aux rendements boursiers. Et surtout, certains d'entre eux utilisent des techniques de couverture pour éviter de perdre lorsque les marchés d'actions se retournent, lorsque les devises baissent subitement, etc.. 

 

Concrètement, comment placer de l'argent dans un fond ? Tout simplement en s'adressant à une banque, ou, s'il s'agit de sommes importantes (millions d'Euros), en se tournant directement vers un fonds connu. Par exemple, Carmignac, en France, Black Rock aux Etats-Unis, etc ...

Les allemands "fortunés" sont très friands d'investissements immobiliers. Des centaines de fonds spécialisés dans ce domaine prospèrent en Allemagne.

 

hedge fund

Couverture en anglais se dit hedge ... Les fonds qui se couvrent sont appelés des hedge funds.

 

Pour obtenir ces hauts rendements, ils utilisent toutes les ressources possibles pour analyser à chaque seconde quels sont les meilleurs placements en action, en obligations, sur les marchés en devises, en matières premières, etc... ... ou pour investir directement dans les entreprises qui ne sont pas cotées en bourse.

 

Les fonds ne sont évidemment pas toujours gagnants, mais les meilleurs obtiennent effectivement des rendements impressionnants.

 

Pour approcher cet univers, partons d'un exemple. Voyons comment créer un fonds.

 

 

 

création d'un fonds 

 

ecrans 2.jpg

 

Vos proches vous ont confié 100 millions d'euros. Vous leur proposez une rentabilité ambitieuse de 10 % avant impôts.

 C'est évidemment beaucoup plus que ce que la banque leur offrirait pour un dépôt rémunéré, c'est-à-dire moins de 2 %.

Les investisseurs qui vous font confiance espèrent naturellement qu'ils ne vont courir qu'un risque limité avec vous.

Vous êtes tous d'accord pour ne pas faire de placement en bourse, justement à cause du risque, ou en tout cas pour n'investir qu'une faible partie des fonds en actions.

Comment faire alors, comment résoudre ce difficile challenge d'une forte rentabilité, mais avec un risque limité ?

 

C'est l'objet de ce qui suit.

  

Comme on va s'en rendre compte, la solution du problème est facile à concevoir et simple dans son principe. En revanche, sa mise en oeuvre pratique est plus difficile du fait de contraintes réglementaires et fiscales touchant à ce type d'activité.

 

I - La première démarche consiste à créer un fonds, c'est-à-dire une structure juridique permettant de loger les fonds des investisseurs et d'acheter des titres (actions, obligations ou autres). Nous l'appellerons le Fonds Alpha.

 

L'image comptable de la situation initiale est exprimée ci-après: avant que tout investissement ne soit réalisé, l'intégralité des fonds versés se retrouve dans la "caisse" du fonds.

 

HF 1.jpg

 

Si vous n'avez vraiment aucune idée de ce qu'est un bilan, cliquez  ICI.

 

II - La recherche des investissements les plus profitables et les moins risqués peut commencer. On se limite à des investissements facilement récupérables pour avoir le maximum de flexibilité et pouvoir modifier les choix en fonction d'opportunités nouvelles.

 

Un rapide tour d'horizon montre que l'investissement qui satisfait à ces contraintes consiste à acheter de la dette des pays "du Sud", Italie, Espagne ou Portugal. les taux sont proches de 4%, il n'y a pas de risque de change puisque l'investissement se fait en euros, et surtout les marchés de la dette sont liquides. On peut donc revendre à tout moment des obligations souveraines émanant de ces pays.

 

Donc voici la physionomie du fonds après les investissements en dettes souveraines italiennes, espagnoles et portugaises.

 

 


HF 2.jpg



Concrètement, il a été demandé à une banque d'acheter pour notre compte des obligations d'Etat

des pays concernés. Pour payer, on a utilisé l'argent des investisseurs.

 

On remarque que la totalité des fonds des investisseurs n'a pas été investie. Par prudence en effet, une partie est conservée en caisse, (le rectangle gris) pour faire face à une dépense imprévue ou à une demande inopinée de retrait partiel.  

 

Toutes les conditions ont été remplies,.... sauf peut-être la plus importante, le rendement de 10%. Pour le moment nous ne pouvons offrir que 4%, et en fait un peu moins puisqu'il faut tenir compte du fait que la réserve ne rapporte rien ou presque.

 

emprunt bancaire

III - Pour "booster" le rendement, nous allons contracter un emprunt bancaire d'un montant double de celui des sommes investies initialement. Grâce à cet emprunt nous pouvons tripler le montant des obligations souveraines  acquises.

 

 

 

edl 3.jpg

 

 (A noter que l'échelle n'est pas respectée sur le schéma)

 

 

 

 effet de levier

L'emprunt bancaire a un coût, le taux d'intérêt est de 1%.  

 

Du point de vue des rendements, la situation est la suivante:

 

- pour un tiers de l'investissement total, le rendement net est de 4%.

- pour deux tiers, ce rendement net n'est que de 3% car il faut tenir compte des intérêts bancaires.

 

Rapporté au capital de 100, voici le rendement de notre investissement de 300:

 

- les premiers 100 rapportent 4

- les 200 suivants rapportent 2x4=8 mais il faut retirer l'intérêt payé à la banque, soit 2. 

  Il reste donc 8 - 2 = 6

 

Globalement, nous touchons 4 + 6 = 10. Rapporté au capital investi, le rendement du fonds est donc de 10%.

 

 

 

HF 3.jpg

 

Grâce au crédit bancaire, nous avons boosté le rendement pour les investisseurs. Cet effet de multiplication est appelé effet de levier.  C'est ce qui apparaît dans le bilan de droite ci-dessus.

 

catégories de fonds il existe des dizaines de catégories de fonds, selon les secteurs économiques dans lesquels ils opèrent, selon les marchés sur lesquels ils se spécialisent et selon les techniques d'investissement adoptées.

 

Certains travaillent dans le long terme, d'autres dans  la ... milli-seconde, dans ce qu'on appelle le trading haute fréquenceCertains utilisent l'effet de levier extrême (100 de dette pour 1 de capital investi).  Certains se spécialisent par type d'activité, comme l'immobilier, ou l'industrie électronique etc...

 

hedge funds  appelés aussi fonds alternatifs, ces fonds sont aujourd'hui banalisés. Comme on l'a vu plus haut, hedge en anglais veut dire couverture au sens de la couverture des risques. Hedger une position veut dire qu'en cas d'événement imprévu le risque de perte est limité par un mécanisme de couverture. Le point clé est le degré de risque du fonds. Un fond risqué, dit spéculatif sera rarement en risque total. Donc il y a toujours une couverture pour éviter la catastrophe.

 

Cela dit il y a des faillites de fonds. On oublie souvent que la spéculation est une prise de risque mesurée, intelligente, mais que le risque n'est jamais nul. Risque de gagner et ... risque de perdre.

 

Paradis fiscaux les médias ont beaucoup fantasmé sur les paradis fiscaux et les fraudes massives commises en ces lieux. La réalité est plus prosaïque.

 

Il y a effectivement dans le monde un certain nombre de pays ou de micro-pays qui se sont fait une spécialité de l'hébergement de sociétés "papier". Ainsi on peut créer en dix minutes une société à Panama ou à Monaco, lui ouvrir un compte en banque, désigner un ou plusieurs administrateurs fictifs.

 

L'avantage ?

 

- les frais de tenue de l'Assemblée Générale annuelle sont minimes, quelques centaines d'euros. La même société créée en France entraînerait l'obligation d'un véritable Conseil d'Administration et une gestion se chiffrant à plusieurs milliers d'euros annuels.

- la fiscalité des bénéfices est faible, mais cet avantage joue peu car les banques qui créent ces fonds les déclarent au fisc de leur pays et les bénéfices "off-shore" sont finalement taxés comme dans le pays d'origine. Seuls subsistent des avantages fiscaux ponctuels pour qui sait utiliser au mieux et légalement les finesses du droit fiscal.

 

Pour une banque qui gère une centaine de fonds, l'économie de gestion et d'impôts réalisée en plaçant les fonds dans les paradis fiscaux peut atteindre quelques millions d'euros! En toute légalité!

 

.............. à suivre

 

 

 

 La clarté de cet extrait vous a convaincu

 

Vous voulez en savoir plus

 

En apprendre plus .......

 

 ......  achetez   le cours intégral !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



27/04/2014